Italiano English Deutsch Français Español

AUTO - BIOBIBLIOGRAPHIE

22.1.1932 - 16.9.2004


Né à Milan en 1932 de parents milanais, le second de deux enfants. Entre dix et treize ans à la campagne, déplacé, lit beaucoup de poésies et de romans. De retour à Milan, le collège et le lycée, qu'il fréquente sans grande assiduité. En 1950 bac classique, en candidat libre. Il s'inscrit en Droit. En 1952, son père meurt. En 53 il remporte un concours pour un recueil de poèmes inédits; font partie du jury, entre autres, Ungaretti et Betocchi. Il devient ami de ce dernier, auquel il doit beaucoup. En 1954 meurt sa mère. Il obtient sa licence et commence à travailler dans le bureau juridique d'une entreprise. Il fait la connaissance d'Enzo Paci et Vittorio Sereni, qu'il fréquente; il devient collaborateur et secrétaire de rédaction de la revue "Aut Aut". En 1959, 60 et 63 naissent ses trois enfants. Il travaille dans une autre entreprise.Il participe à la fondation et aux travaux de la revue "Questo e altro"; entre au comité de rédaction de "Paragone", et y collabore régulièrement sur la poésie (il réunira une bonne partie de ces articles en 1976, dans un volume intitulé Poésie des années 60). En 1961 il publie sa première plaquette de vers, Il catalogo è questo; en 1966 son premier recueil unitaire, Le case della Vetra. En 1968 il abandonne définitivement le travail dans l'industrie et son activité juridique. De 1970 à 73 il s'occupe de cinéma dans le quotidien "Avvenire" et travaille pour les programmes culturels de la RAI. Il devient conseiller, puis dirigeant, puis de nouveau conseiller de l'éditeur Garzanti. Il traduit Baudelaire (pour Mondadori). Il quitte la maison Garzanti et devient conseiller de la Mondadori. En 1975 il publie Cadenza d'inganno. Il est critique littéraire de "Tuttolibri". De la fin des années 70 à 1983 il travaille pour Guanda, dirigeant les collections de poésie ( il y invente, entre autres, la formule des "cahiers collectifs") et la nouvelle série de l' "Illustrazione italiana". Il traduit le Bestiaire d'Apollinaire. Il commence à traduire pour les "Meridiani" de Mondadori la Recherche de Proust (en 1983, 86 et 89 sortent les trois premiers volumes). En 1980 il publie La fossa di Cherubino (proses), en 82 Nel grave sonno. Ayant quitté "Tuttolibri", il collabore régulièrement au "Messaggero" et à l' "Europeo". En 1984 il traduit pour Luca Ronconi la Phèdre de Racine. Il écrit le chapitre sur les "Poètes du second XXe siècle" pour la réimpression mise à jour de l'Histoire de la Littérature italienne de Cecchi et Sapegno. En 1987 il publie (chez Einaudi) une nouvelle édition, profondément remaniée, de sa traduction de Baudelaire. Depuis la fin 87, critique théâtral du "Corriere della sera". En 1988 il publie chez Mondadori A tanto caro sangue, recueil de poèmes déjà édités (mais en partie réécrits) et inédits, qu'il a aimé considérer comme son dernier et unique livre. En 1990 il publie pourtant chez Einaudi un petit ouvrage intitulé Versi guerrieri e amorosi, dont il parle (en privé, mais pas seulement pour rire) comme du premier de ses livres posthumes. Il prépare alors un nouvel ensemble d'écrits critiques sur la poésie.

1991


Traduit par Jean-Charles Vegliante